Les hommes : Forte pulsion sexuelle, des animaux sexuels haletants. Nous savons ce qu’ils veulent. Et nous savons quand ils le veulent : maintenant.

Même les médecins ont tendance à considérer les hommes comme des “automates sexuels”, programmé pour toujours vouloir du sexe, explique le pionnier de la recherche sur le sexe, le docteur Irwin Goldstein, directeur de la médecine sexuelle à l’hôpital Alvarado de San Diego et rédacteur en chef du Journal of Sexual Medicine. “Mais ce n’est pas du tout le cas”, déclare Goldstein au magazine WebMD. “Beaucoup, beaucoup d’hommes – environ un sur cinq – ont un désir sexuel si faible qu’ils préfèrent faire presque n’importe quoi d’autre que d’avoir des rapports sexuels.”

Un homme sur cinq ne veut pas de sexe ? Comment cela peut-il être vrai ? Et pourquoi n’en avons-nous pas entendu parler ? En fait, beaucoup de femmes le savent… celles qui ont entendu la phrase “Pas ce soir, chérie”. Goldstein dit que la plupart des gens pensent que c’est un fait rare. “Mais en fait, près de 30% des femmes disent qu’elles sont plus intéressées par le sexe que leur partenaire.”

Les causes de la faible libido chez l’Homme

Qu’y a-t-il donc derrière un faible désir sexuel ? Le vieillissement joue un rôle, bien que de nombreux hommes âgés aient un intérêt marqué pour le sexe, souligne Goldstein. Comme la plupart des autres traits humains, le désir sexuel varie. La plupart des hommes sont dans la norme ; certains sont extraordinairement motivés par un comportement sexuel qui ressemble à une dépendance. À l’autre extrémité de l’échelle, on trouve des hommes dont l’intérêt sexuel est très faible. Ce sont des hommes qui souffrent d’un trouble du désir sexuel hypoactif (TSDH).

“Il y a toujours des hommes des deux côtés de la courbe normale”, dit Goldstein. “Et un certain pourcentage – peut-être jusqu’à un quart – sera considéré comme ayant une baisse de désir sexuel pour toute une série de raisons.” Parmi celles-ci :

  • Des problèmes psychologiques : Le stress et l’anxiété dus à la tension de la vie quotidienne, les problèmes relationnels ou familiaux, la dépression et les troubles mentaux font partie des nombreux facteurs qui peuvent affecter le désir sexuel.
  • Les problèmes médicaux : Des maladies telles que le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle et l’hypercholestérolémie, les médicaments contre le VIH, certains remèdes contre la chute des cheveux et d’autres médicaments peuvent avoir un effet négatif sur le désir sexuel.
  • Les causes hormonales : “La testostérone est l’hormone du désir, sans doute aussi bien pour les femmes que pour les hommes”, déclare M. Goldstein. Un faible taux de testostérone signifie généralement un faible désir sexuel. Les niveaux baissent avec l’âge des hommes ; les autres causes sont les maladies chroniques, les médicaments et la consommation d’autres drogues. D’autres hormones peuvent également jouer un rôle, comme un faible taux d’hormone thyroïdienne ou, rarement, un taux élevé de prolactine, une hormone produite dans une glande située à la base du cerveau. Cependant une solution miracle fonctionne pour augmenter la testostérone : un régime alimentaire nutritif et les produits aphrodisiaques.
  • Faible taux de dopamine : Le désir sexuel implique évidemment le cerveau – et le système de messagerie chimique du cerveau est intimement lié au désir sexuel. L’un de ces messagers est la dopamine. Les médecins ont constaté que les patients atteints de la maladie de Parkinson traités avec des médicaments stimulant la dopamine avaient un désir sexuel accru. Selon M. Goldstein, ces médicaments aident certains hommes souffrant de baisse du désir sexuel.

Chaque cause de baisse du désir sexuel a son propre traitement. Lorsque la cause fondamentale est psychologique, la thérapie sexuelle peut offrir aux hommes des techniques et des stratégies spécifiques pour retrouver le plaisir du sexe. “Ce n’est pas une psychothérapie, c’est un conseil psychologique axé sur les questions sexuelles”, explique M. Goldstein.

Cependant, un nouveau médicament actuellement en essais cliniques – pour les femmes – augmente les niveaux de dopamine tout en diminuant un type spécifique de sérotonine dans le cerveau. Les premières études cliniques suggèrent que le médicament pourrait aider les femmes ayant un faible désir sexuel. M. Goldstein pense que ce nouveau traitement est prometteur. Et s’il est approuvé pour les femmes, dit-il, il sera probablement testé chez les hommes.

En fin de compte, le choix des hommes qui ont perdu leur désir sexuel n’est pas entre être un animal sexuel haletant et être un eunuque. Le véritable choix consiste plutôt à savoir si ces hommes sont prêts à retrouver une source vitale d’intimité avec leurs partenaires.