L’endométriose est une de ces maladies chroniques très dur à vivre. Incompris, parfois même dénigrée, nous avons décidé d’écrire sur cette maladie afin de vous aider et de combler le manque de contenu sur internet. Sachez que je vous soutiens du fond du cœur. Si vous êtes tomber sur cet article alors j’imagine que la maladie est en train de vous gâcher la vie.

L’endométriose se produit lorsque les tissus à l’intérieur de l’utérus se développent à des endroits où ils ne devraient pas, comme les ovaires, les trompes de Fallope ou la surface extérieure de l’utérus. Cela se traduit par des crampes très douloureuses, des saignements, des problèmes d’estomac et d’autres symptômes.

Dans de rares cas, l’endométriose peut provoquer des troubles médicaux qui peuvent devenir mortels s’ils ne sont pas traités.

Peut-on mourir d’Endométriose ?

L’endométriose crée du tissu endométrial qui apparaît à des endroits atypiques dans le corps au lieu d’apparaître à l’intérieur de l’utérus.

Le tissu endométrial joue un rôle dans les saignements qui se produisent pendant le cycle menstruel d’une femme et dans les crampes qui expulsent la muqueuse utérine.

Lorsque le tissu endométrial se développe à l’extérieur de l’utérus, les résultats peuvent être douloureux et problématiques.

L’endométriose peut entraîner les complications suivantes, qui peuvent être mortelles si elles ne sont pas traitées :

Obstruction de l’intestin grêle

L’endométriose peut provoquer la croissance de tissu utérin dans les intestins chez 3 à 37 % des femmes.

Dans de rares cas, le tissu peut provoquer des saignements et des cicatrices qui entraînent une obstruction intestinale (blocage de l’intestin).

Une obstruction de l’intestin grêle peut provoquer des symptômes tels que des douleurs d’estomac, des nausées et des problèmes d’évacuation des gaz ou des selles.

Si elle n’est pas traitée, une obstruction intestinale peut provoquer une augmentation de la pression, ce qui peut entraîner une perforation intestinale (un trou dans l’intestin). Une obstruction peut également diminuer l’apport sanguin aux intestins. Les deux peuvent être fatales.

Grossesse extra-utérine

Une grossesse ectopique se produit lorsqu’un ovule fécondé s’implante à l’extérieur de l’utérus, généralement dans la trompe de Fallope. Cela peut provoquer la rupture de la trompe de Fallope, ce qui peut entraîner des hémorragies internes.

Selon une analyse de NCBI, les femmes atteintes d’endométriose sont « possiblement » plus susceptibles de connaître une grossesse extra-utérine.

Les symptômes d’une grossesse extra-utérine comprennent des saignements vaginaux anormaux, de légères crampes se produisant d’un côté du bassin et des douleurs lombaires.

L’étude ayant été faite en 2019, cela reste encore à être prouvé.

Si vous souffrez d’endométriose et que vous présentez des symptômes d’occlusion intestinale ou de grossesse extra-utérine, consultez immédiatement un médecin.

Le fait d’être atteint d’endométriose ne signifie pas que des tissus vont se développer dans vos intestins ou vos trompes de Fallope. Les complications potentielles de l’endométriose dont il est question ci-dessus sont rares et peuvent également être traitées.

L’endométriose augmente-t-elle le risque de cancer ?

Étant donné que l’endométriose est liée au fonctionnement de vos cellules et de vos hormones, il est naturel de penser qu’elle pourrait être liée au cancer, mais ce n’est pas le cas.

Le fait d’avoir une endométriose n’augmente pas nécessairement votre risque de cancer. Aucune recherche ne fait le lien entre les deux. En fait, l’endométriose n’entraîne pas non plus de risque accru pour la plupart des autres types de cancer gynécologique. Cela inclut le cancer de l’endomètre, malgré les noms qui y sont liés.

Et il n’y a pas de trait génétique associé à l’endométriose qui pourrait conduire au cancer.

Certains types rares de cancer des ovaires, comme le cancer des ovaires à cellules claires et le cancer des ovaires endométrioïdes, sont plus fréquents chez les femmes atteintes d’endométriose. Mais même avec ces types de cancer, le risque est toujours inférieur à 1 %.

Peut-on mourir d’une endométriose non traitée ?

Les médecins ne disposent pas encore de remède contre l’endométriose, mais les traitements peuvent aider à gérer cette affection.

Sans traitement, vous risquez davantage de subir des complications. Bien que celles-ci ne soient pas susceptibles d’être mortelles, elles peuvent diminuer votre qualité de vie.

Voici quelques exemples de complications potentielles de l’endométriose non traitée :

  • Douleurs chroniques : L’endométriose peut provoquer des douleurs dans les zones qu’elle affecte et au-delà. Le traitement de l’endométriose peut contribuer à réduire cette douleur.
  • L’infertilité : On estime que 30 à 50 % des femmes infertiles souffrent d’endométriose.
  • Kystes ovariens : Ils peuvent provoquer des douleurs pelviennes, des douleurs pendant les rapports sexuels et des règles abondantes ou irrégulières.
  • Problèmes de miction : Ils peuvent survenir si l’endométriose affecte votre vessie.

Le traitement de l’endométriose peut idéalement contribuer à réduire les risques de ces complications potentielles. Parlez à un médecin des complications potentielles et des moyens de les minimiser.

Quand consulter un médecin ?

Consultez un médecin si vous présentez des symptômes potentiels d’endométriose, notamment :

  • Des saignements ou des taches entre les règles
  • Infertilité (si vous ne tombez pas enceinte après un an de relations sexuelles sans utiliser de méthodes de contrôle des naissances)
  • Des crampes menstruelles ou des selles très douloureuses
  • Des douleurs pendant les rapports sexuels
  • des problèmes gastriques inexpliqués (par exemple, constipation, nausées, diarrhée ou ballonnements) qui s’aggravent souvent au moment des menstruations

Diagnostic de la maladie

On estime qu’une femme sur 7 femmes en âge de procréer souffrent d’endométriose.

La seule façon pour un médecin de diagnostiquer l’endométriose avec certitude est de procéder à une ablation chirurgicale des tissus pour les tester.

Cependant, la plupart des médecins peuvent supposer qu’une femme est atteinte d’endométriose en se basant sur des tests moins invasifs. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • L’imagerie pour identifier les zones anormales
  • Examen pelvien pour détecter les zones de cicatrices
  • Les médecins peuvent également prescrire des médicaments qui traitent l’endométriose comme moyen de diagnostiquer la maladie : Si les symptômes s’améliorent, l’affection en est probablement la cause.

Traitement de l’endométriose

Le traitement des symptômes de l’endométriose peut impliquer une combinaison de soins à domicile, de médicaments et de chirurgie. Les traitements dépendent généralement de la gravité de vos symptômes.

Médicaments

Votre médecin peut vous recommander de prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’ibuprofène (Advil) et le naproxène sodique (Aleve), pour réduire la douleur et le gonflement.

Ils peuvent également prescrire des hormones, telles que des pilules contraceptives hormonales, qui peuvent aider à réduire la douleur et les saignements que provoque l’endométriose. Une autre option est un dispositif intra-utérin (DIU) qui libère des hormones.

Si vous souhaitez améliorer vos chances de devenir enceinte, parlez à votre médecin des agonistes de l’hormone de libération de la gonadotrophine. Ces médicaments créent un état temporaire semblable à celui de la ménopause qui peut empêcher l’endométriose de se développer. L’arrêt du médicament entraînera une ovulation, ce qui pourrait faciliter l’obtention d’une grossesse.

Traitement médical

Les médecins peuvent pratiquer des interventions chirurgicales pour retirer le tissu endométrial à certains endroits. Mais même après l’opération, il existe un risque élevé que le tissu endométrial revienne.

L’hystérectomie (ablation chirurgicale de l’utérus, des ovaires et des trompes de Fallope) est une option possible si une femme éprouve des douleurs intenses. Bien que cela ne garantisse pas la disparition totale des symptômes de l’endométriose, elle peut améliorer les symptômes chez certaines femmes.

Remèdes à domicile

Les remèdes maison et les thérapies complémentaires peuvent réduire la douleur de l’endométriose. En voici quelques exemples :

  • L’acupuncture
  • L’application de chaleur et de froid sur les zones douloureuses
  • Les traitements chiropratiques
  • Des suppléments à base de plantes, comme la cannelle et la racine de réglisse
  • Les suppléments vitaminiques, tels que le magnésium, les acides gras oméga-3 et la thiamine (vitamine B-1)

Consultez toujours votre médecin avant de prendre des compléments alimentaires à base de plantes ou de vitamines pour vous assurer que ces compléments n’interagissent pas avec d’autres traitements.

L’endométriose n’est pas mortelle

Si l’endométriose est une maladie douloureuse qui peut affecter votre qualité de vie, elle n’est pas considérée comme une maladie mortelle.

Malheureusement elle est donc considéré comme une « maladie bénigne » alors qu’elle attaque la santé mental et cause des dépressions. Notre société doit se rendre compte de l’existence d’une telle maladie.

Dans des cas extrêmement rares, cependant, les complications de l’endométriose peuvent causer des problèmes potentiellement mortels.

Si vous avez des inquiétudes concernant l’endométriose et ses complications, parlez-en à votre médecin.

N’hésitez pas à nous faire partager votre expérience par commentaire afin d’aider notre communauté à mieux vivre avec cette maladie !